Module 3

L'utilisation d'Internet en science politique (aspects particuliers)

Internet et la science politique:
Introduction à l'utilisation de l'Internet pour la recherche et l'enseignement en science politique

par François-Pierre Gingras
professeur au département de science politique
Université d'Ottawa
Ottawa (Ontario) Canada


L'UTILISATION D'INTERNET EN SCIENCE POLITIQUE
(ASPECTS PARTICULIERS)

Une fois familiarisé avec Internet, on peut y recourir avec profit dans le cadre de la recherche et de l'enseignement. Le second module en fournit un aperçu. Quant au module 3, il examine quelques aspects particuliers de l'utilisation de l'environnement W3.


1. Comment déterminer ce qu'on veut savoir

Il y a une grande variété d'informations disponibles sur Internet. Il est utile de savoir ce qu'on recherche si on veut éviter de se perdre dans les nombreuses ramifications de ce réseau de réseaux.

quoi? On commence donc habituellement par identifier ce qu'on veut savoir, par thème plus ou moins précis, par question plus ou moins spécifique : textes célèbres, tableaux statistiques, documents d'archives, opinions, bases de données qualitatives ou quoi encore ?
Plus on sait précisément ce qu'on cherche, plus il est facile de déterminer si cela se trouve effectivement sur Internet. Par contre, si l'on veut simplement explorer des références récentes dans un domaine du savoir, il est certain qu'on trouvera quelque chose... peut-être même aura-t-on l'embarras du choix !

projet_de_thèse
Les étudiants et étudiants aux cycles supérieurs auraient intérêt à consulter
« La préparation d'un projet de thèse »


2. Comment trouver ce qu’on cherche

où? Comme dans une bibliothèque, c'est à l'usage qu'on apprend à reconnaître les types d'informations facilement disponibles sur Internet et les plus difficiles à dénicher. Dans un cas comme dans l'autre, il ne faut pas s'attendre à des informations nécessairement « prêtes à porter ». Il reste toujours du travail à faire ! Il faut d'ailleurs toujours se rappeler qu'Internet ne remplace pas une bonne bibliothèque universitaire : il la complète !

Comme dans toute recherche, on peut soit demander aux autres de tout faire à notre place, soit tout faire soi-même. Bien entendu, la meilleure façon de procéder est de combiner l'information que d'autres peuvent nous fournir avec celle que nous recueillerons nous-mêmes.

courrier
Le courrier électronique
liste
les listes de diffusion
babillard
les babillards ou forums électroniques
autant de façons d'aller chercher des informations que d'autres personnes peuvent être disposées à partager avec nous.

W3 Dans l'environnement W3, on procède habituellement soit en utilisant des moteurs de recherche, soit en consultant des index, répertoires ou autres guides de ressources. Ce qui a été décrit dans le module 2a, à la section « L'établissement de l'objet de recherche » demeure tout à fait pertinent. Si on a une bonne idée de ce que l'on désire trouver, un peu d'imagination et beaucoup de patience augmenter les chances de réussir.

Exemple : comment les tensions entre groupes ethniques ou communautés linguistiques se manifestent dans les luttes électorales en Belgique et au Canada ?

On peut approcher cette question de nombreuses façons.

On peut recourir à des répertoires (tels Carrefour, Eurêka, Hachette, Nomade, Qui Quoi Où, la Toile du Québec, Webwatch, Yahoo!, Ze woc)
et chercher les sites déjà répertoriés dans les catégories et sous-catégories pertinentes (qui varient légèrement d'un annuaire à l'autre).
Exemples de catégories et sous-catégories
  • Gouvernement : politique : élections
  • Sciences humaines : politique
  • Société : problèmes et débats de société
  • Belgique : Bruxelles
  • Canada : Québec : institutions et politiques : politique : opinions et courants de pensée : souveraineté du Québec
On peut recourir à un index (tels Alta Vista, Ecila, Excite, Francité, Infoseek, Lokace, Lycos, Swiss Search) et faire une recherche par mots-clés : tensions, ethnicité, langue, élections, partis, Belgique, Canada.
  • Une première recherche dans l'environnement W3 avec tous ces mots-clés pris simultanément fournira une idée de ce qui est disponible. On augmente le nombre de références en tronquant certains mots et en supprimant les accents : ethni (ce qui permet de rejoindre de nombreux dérivés et mots en diverses langues comme « ethnique » « ethnicité » « ethnicity » « ethnic »), election, parti, belgi, canad.
  • Si la recherche donne peu de résultats, parce que trop précise, on peut aussi chercher des documents qui contiennent seulement quelques uns de ces mots-clés : il est certain qu'on obtiendra des milliers de références, la plupart inutiles. Selon les moteurs de recherche utilisés, on utilisera les mêmes mots-clés en français, en anglais, en néerlandais.
  • Dans tous les cas, il est utile de se familiariser avec les particularités de chaque moteur en consultant les astuces pour une recherche approfondie.
  • Pour trouver des bases de données sur divers domaines du savoir, les guides de ressources compilés par des universitaires sont souvent les plus utiles. S'ils reflètent les intérêts idiosyncratiques des compilateurs, ils pointent parfois vers des ressources ignorées des grands index. À titre d'exemple, le guide de ressources CyberSciencesPo contient des sections sur Pour revenir à l'exemple, plusieurs de ces sections de CyberSciencesPo pointent vers des sites où l'on traite des tensions ethniques ou linguistiques, des élections, des partis politiques, de la Belgique et du Canada.
    Pour trouver les coordonnées (adresse électronique, téléphone, télécopieur, bureau, etc.) des professeurs d'université et autres spécialistes, on peut évidemment faire une recherche générale dans l'environnement W3, mais il est plus commode de se rendre à la page d'accueil de l'établissement auquel la personne est affiliée, si on le connaît.
  • Il existe plusieurs répertoires d'établissements d'enseignement à travers le monde.
  • La plupart des établissements offrent sur leur page d'accueil une fonction de recherche générale : cela fait habituellement ressortir toutes les références au professeur X ou à un mot-clé (comme « ethnicité ») dans l'ensemble des pages du site.
  • La majorité des établissements d'enseignement ont aussi un annuaire d'adresses électroniques et de numéros de téléphone des membres de leur personnel.
  • Les pages des unités administratives de ces établissements donnent aussi parfois ces coordonnées ainsi que les descriptions des cours, intérêts de recherche et listes de publications de leurs membres.

  • 3. Comment apprécier ce qu'on trouve

    fiabilité Toutes les informations disponibles sur Internet (comme dans une librairie) n'ont pas la même qualité. Le doute méthodique est donc de rigueur. On consultera avec profit un document qui aborde directement cette question : « L'utilisation des ressources d'Internet et les travaux scientifiques : questions d'appréciation ».
    Babillards et forums électroniques. On se méfiera tout particulièrement des renseignements affichés dans sur les babillards ou forums électroniques ouverts au grand public. À titre d'illustration, on pourrait consulter les messages récents sur les babillards suivants :


    4. Comment utiliser ce qui est pertinent

    fiabilité Une fois les renseignements pertinents identifiés, leur utilisation ne diffère guère, qu'ils proviennent d'Internet ou d'une source imprimée. Néanmoins, quelques particularités méritent qu'on s'y attarde.
    Sauvegarde du résultat d'une recherche dans l'environnement W3. Il y a deux façons principales de sauvegarder les résultats d'une recherche dans l'environnement W3. Dans les deux cas, cette opération ne sauvegarde que la page affichée à l'écran (il y a souvent plusieurs autres pages de résultats).


    Garder la trace des sites intéressants. Ici également, il est possible soit d'enregistrer le contenu d'une page, soit d'enregistrer le lien vers cette page.


    Droits d'auteur. Il faut toujours respecter la propriété d'autrui, même sur Internet.


    Citations et références aux sources sur Internet. Il n'y a pas de convention universelle sur la citation des sources sur Internet, pas plus que sur les autres sources, d'ailleurs. Les mêmes principes s'appliquent cependant, qu'il s'agisse de sources imprimées ou électroniques. On consultera avec profit un document qui aborde directement cette question : « Comment citer des sources sur Internet dans un travail scientifique ».


    5. Comment améliorer ce qui est disponible

    voilà! Il y a trois grandes façons d'améliorer la qualité et la quantité du matériel disponible sur Internet.
    • Encourager les propriétaires actuels de sites W3 à améliorer la qualité et la quantité de leur contenu.
      Il ne faut jamais hésiter à écrire aux webmestres pour leur signaler des lacunes, attirer leur attention sur des hyperliens dysfonctionnels ou périmés, suggérer de nouveaux contenus et les remercier du travail accomplli.
    • Susciter des initiatives, suggérer à des collègues et des organismes de déposer du matériel de qualité sur Internet, inciter les établissements de haut savoir à favoriser ce développement.
      Parfois, ils n'attendent que cette suggestion pour se mettre à l'oeuvre.
    • Développer soi-même des pages W3 qui soient utiles à d'autres.
      Il y a de nombreuses façons d'aprendre à bâtir soi-même des pages et de les afficher sur Internet : plusieurs établissements d'enseignement offre une formation gratuite ou peu onéreuse. Les organismes gouvernementaux, les institutions de la francophonie et plusieurs administrations universitaires mettent en place des programmes de subvention pour favoriser le développement de l'inforoute : pourquoi ne pas en profiter pour ajouter du contenu sur Internet tout en embauchant des étudiants et étudiantes pour y collaborer ? Tout le monde peut en profiter !


    6. Comment diffuser ses résultats

    haut-parleur Le module 2a illustre diverses façons dont on peut recourir à Internet dans le processus de recherche en général et pour diffuser les résultats d'une recherche en particulier : courrier électronique (y compris listes de diffusion), protocole FTP, pages W3. Il faut certainement encourager le développement de pages W3 renfermant des informations utiles à l'ensemble de la communauté scientifique : tableaux statistiques, cartes, documents, analyses, synthèses, etc.
    Diffusion sur internet et publication. Plusieurs universitaires déposent également sur Internet les versions préliminaires ou définitives de textes scientifiques. Les auteurs devraient toutefois faire preuve de prudence avant de rendre accessible au grand public le texte de communications à des rencontres scientifiques ou d'articles publiés dans des revues savantes. En effet, aussi bien les organisateurs de colloques et congrès que les administrateurs de revues peuvent interdire cette diffusion sur Internet, qui met d'ailleurs en cause la question plus vaste des droits d'auteur.



    Voici d'autres pages qui pourraient vous intéresser :


    Vers la page d'accueil de François-Pierre Gingras
    (cliquer ici ouvrira une nouvelle fenêtre)

    Vos commentaires sont bienvenus: fgingras@uottawa.ca.


    Ce site est optimisé pour Netscape version 3.0 ou supérieure dont vous pouvez charger d'ici puis utiliser gratuitement la version française si vous répondez aux exigences techniques.


    Page mise à jour le 7 mai 1999.