POL7519

 

CONSTRUCTIONS ET TRANSFORMATIONS DES ÉTATS ET DES RÉGIMES POLITIQUES

 

Automne 2012

Université d’Ottawa

 

 

Professeur :                        Stephen Brown

Horaire du cours :              Lundi, 14h30 à 17h20,

Pavillon des sciences sociales, salle 7035

Heures de bureau :             Lundi, 11h à midi

Pavillon des sciences sociales, bureau 7052

Courriel :                            brown@uottawa.ca

SVP inclure « POL7519 » dans le sujet de votre message

 

 

DESCRIPTION OFFICIELLE DU COURS

 

Étude des théories portant sur la construction historique des États et leurs transformations (adaptation dans un contexte de mondialisation ; effondrement des États), de même que les régimes démocratiques et autoritaires et leurs transformations (transition, consolidation, effondrement), le tout dans une perspective comparée.

 

 

OBJECTIFS

 

L’objectif central de ce cours est d’analyser ce que Samuel Huntington a désigné la « troisième vague » de la démocratisation. En particulier, nous étudierons les concepts théoriques centraux, divers types d’explication de la démocratisation, les acteurs-clés et certaines questions connexes, y compris la survie de et le retour à l’autoritarisme, ainsi que la (re)construction de l’État. Après avoir complété le cours, les étudiant-e-s connaîtront les débats théoriques et les enjeux politiques principaux reliés à cette thématique. Ils seront en mesure d’utiliser les outils conceptuels dans l’analyse d’expériences concrètes dans différentes régions du monde.

 

 

EXIGENCES DU COURS ET ÉVALUATION

 

Participation

 

Ce cours est un séminaire, c’est-à-dire basé sur l’analyse collective de textes et non sur des cours magistraux. Il est donc essentiel que les étudiant-e-s fassent toutes les lectures avant d’assister au cours et participent activement. Pour entamer la discussion dans les séminaires, chaque texte sera brièvement « présenté » (et non résumé) par un-e étudiant-e désigné-e d’avance, qui fera quelques commentaires analytiques ou soulèvera des questions qui encouragement la discussion. La participation est évaluée chaque semaine de la façon suivante : absence = 0 ; présence sans participation = 1 ; participation minime = 1½ ; participation active jugée selon la qualité des interventions = 2, 2½ ou 3 points.

 

Fiches analytiques

 

Les étudiant-e-s devront remettre, au cours du trimestre, quatre travaux courts (d’environ une page chacun, à simple interligne). L’objectif sera d’analyser une ou plusieurs des lectures obligatoires à être discutées en classe, c’est-à-dire en faire une réflexion analytique personnelle sur les forces et faiblesses de l’argumentaire et du contenu des textes, leurs conséquences logiques ou leurs relations avec les théories ou les autres textes. Il est impératif de se rappeler que ce travail ne doit pas être un résumé ou une appréciation personnelle. Si un-e étudiant-e le désire, une de ses cinq fiches pourra plutôt faire une analyse théorique d’une question d’actualité.

 

Ces fiches devront être remises ou envoyées par courriel au professeur avant 9h la veille du séminaire. Elles ne seront sous aucune circonstance acceptées en retard. Il incombe à chaque étudiant‑e de s’assurer de remettre quatre fiches au courant de la session. S’ils le désirent, les étudiant-e-s peuvent remettre une cinquième fiche et seulement les quatre meilleures notes seront utilisées pour le calcul de la note finale. Il ne sera pas possible de remettre une fiche sur un texte déjà discuté ou un texte supplémentaire, ni plusieurs fiches sur des textes différents à être discutés lors d’un cours donné, ni plus que cinq fiches, ni plus d’une fiche sur une question d’actualité. Les étudiant‑e-s qui remettraient moins de quatre fiches recevront automatiquement un « EIN » comme note finale, c’est-à-dire échoueront le cours.

 

Travail de recherche

 

Un travail de recherche d’environ 18 à 20 pages pour les étudiant-e-s à la maîtrise et d’environ 24 à 26 pour les étudiant-e-s au doctorat (dactylographiées à double interligne, sans compter les notes de renvoi ou la bibliographie) devra être remis au plus tard le 17 décembre. Le travail devra porter sur un sujet relié à la thématique du cours, à être approuvé par le professeur avant le 15 octobre. Des exemples de sujets seraient le processus de démocratisation ou de restauration autoritaire dans un pays déterminé ou dans un groupe de pays (tel l’Afrique francophone ou l’Amérique centrale), le rôle d’un acteur particulier (par exemple, les églises, les mouvements populaires, les femmes, les forces armées ou les pays occidentaux) ou la relation entre ce processus et un thème particulier (l’ethnicité, la violence, les réformes ou crises économiques, l’impunité, les élections ou la montée de la « nouvelle gauche »).

 

Un résumé d’environ une page à simple interligne et une bibliographie préliminaire annotée (commentée) comprenant au moins douze sources « scientifiques » non-Internet, dont un minimum de cinq articles de revues, devront être soumis au plus tard le 29 octobre. Le travail final devra compter au moins 15 sources « scientifiques » non-Internet, dont un minimum de cinq articles. À noter que les lectures obligatoires ne comptent pas dans ces calculs et qu’on n’inclut pas de sources non citées dans une bibliographie.

 

Tout travail qui n’est pas remis directement au professeur devra être remis au secrétariat de l’École d’études politiques (FSS 7005). Les travaux remis après 16h30 seront considérés comme étant remis le prochain jour ouvrable. Si le secrétariat est fermé, les travaux peuvent être mis dans la fente de la boîte aux lettres nº 204 à côté du secrétariat. Ils seront timbrés avec la date de réouverture du secrétariat et cela comptera comme date de remise. Sans permission préalable du professeur, il n’est pas permis de soumettre un travail par courriel (sauf dans le cas des fiches analytiques) ou de le glisser sous sa porte.

 

Les travaux et plans de recherche remis en retard seront pénalisés à titre de 5 % par jour. Ils ne seront pas acceptés plus de sept jours après la date de remise. Dans un tel cas, l’étudiant-e recevra comme note finale « EIN », c’est-à-dire, échouera le cours. Une exception sera faite si une prolongation est accordée en avance par le professeur ou en cas de maladie ou d’urgence imprévue, si elle est appuyée de documentation officielle pertinente (par exemple, certificat de médecin, de décès, rapport de police). La Faculté se réserve le droit d’accepter ou de refuser la raison avancée. Les raisons telles que les voyages, les obligations de travail et les erreurs commises dans la lecture du plan de cours ne sont normalement pas acceptées.

 

Présentations orales

 

Les étudiant-e-s devront faire une présentation orale d’environ cinq minutes sur leur travail de fin de session, suivie de 10 à 15 minutes de questions et discussion, lors de l’un des deux derniers cours. Ils devront faire circuler au moins 24 heures à l’avance un document qui spécifie explicitement la question de recherche, l’argumentaire provisoire, le cadre analytique et tout autre renseignement qui aidera à susciter des commentaires utiles. (Les modalités pourront être modifiées selon le nombre d’inscriptions.)

 

Pondération de la note finale

 

Participation                20 %

Plan de recherche        10 %

Travail de recherche    40 %

Présentation orale          5 %

4 fiches analytiques     25 %

 

Ceux et celles dont l’assistance est jugée insuffisante ou qui d’une façon ou d’une autre ne répondent pas à toutes les exigences du cours recevront comme note finale « EIN », ce qui équivaut à un échec.

 

 

THÈMES ET LECTURES

 

Un recueil comprenant les trois lectures précédées d’un astérisque (*) peut être acheté à RYTEC, 404 rue Dalhousie, tél. 613-241-2679, www.rytec.ca. Une copie du recueil sera également disponible à la réserve de la bibliothèque Morisset (prêt de quatre heures). Les étudiant-e-s pourront télécharger les autres lectures à partir du site web de la bibliothèque de l’université.

 

 

10 septembre – Introduction

 

Présentation du cours. Aucune lecture requise.

 

 

PREMIÈRE PARTIE – PERSPECTIVES THÉORIQUES

 

17 septembre – Concepts-clés

 

Schmitter, Philippe C. et Terry Lynn Karl. « What Democracy Is… and Is Not ». Journal of Democracy, vol. 2, nº 3 (été 1991), pp. 75-88.

 

*O’Donnell, Guillermo et Philippe C. Schmitter. « Defining Some Concepts (and Exposing Some Assumptions) ». Transitions from Authoritarian Rule: Tentative Conclusions About Uncertain Democracies. Baltimore et Londres, Johns Hopkins University Press, 1986. pp. 6-11.

 

Schedler, Andreas. « What is Democratic Consolidation? ». Journal of Democracy, vol. 9, nº 2 (avril 1998), pp. 91-107.

 

 

24 septembre – Théories de la démocratisation : structuralisme et volontarisme

 

Lipset, Seymour Martin. « Some Social Requisites of Democracy: Economic Development and Political Legitimacy ». American Political Science Review, vol. 53, nº 1 (mars 1959), pp. 69-85 et 100-105 (lire en diagonale pp. 86-99).

 

*O’Donnell, Guillermo et Philippe C. Schmitter. Transitions from Authoritarian Rule: Tentative Conclusions About Uncertain Democracies. Baltimore et Londres, Johns Hopkins University Press, 1986, pp. 15-56.

 

 

1er octobre – Les contours des transitions

 

Hadenius, Axel et Jan Teorell. « Pathways From Authoritarianism ». Journal of Democracy, vol. 18, nº 1 (janvier 2007), pp. 143-57.

 

*Karl, Terry Lynn et Philippe C. Schmitter. « Les modes de transition en Amérique latine, en Europe du Sud et de l’Est ». Revue internationale de sciences sociales, nº 128 (mai 1991), pp. 285-302.

 

Dobry, Michel. « Les voies incertaines de la transitologie. Choix stratégiques, séquences historiques, bifurcations et processus de path dependence ». Revue française de science politique, vol. 50, nº 4-5 (août-octobre 2000), pp. 585-613.

 

Haggard, Stephan et Robert R. Kaufman. « The Political Economy of Democratic Transitions ». Comparative Politics, vol. 29, nº 3 (avril 1997), pp. 263-83.

 

 

15 octobre – Comprendre la consolidation  (date limite pour approbation du sujet de recherche)

 

Guilhot, Nicolas et Philippe C. Schmitter. « De la transition à la consolidation. Une lecture rétrospective des democratization studies ». Revue française de science politique, vol. 50, nº 4-5 (août-octobre 2000), pp. 615-31.

 

Schedler, Andreas. « Comment observer la consolidation démocratique ? ». Revue internationale de politique comparée, vol. 8, nº 2 (été 2001), pp. 225-44.

 

Alexander, Gerard. « Les défis de la consolidation dans les nouvelles démocraties », Revue internationale de politique comparée, vol. 18, nº 1 (2011), pp. 53-67.

 

Inglehart, Ronald et Christian Welzel. « Changing Mass Priorities: The Link between Modernization and Democracy ». Perspectives on Politics, vol. 8, nº 2 (juin 2010), pp. 551-67.

 

 

29 octobre – Repenser le paradigme ?  (remise des plans de recherche)

 

Carothers, Thomas. « The End of the Transition Paradigm ». Journal of Democracy, vol. 13, nº 1 (janvier 2002), pp. 5-21.

 

Yashar, Deborah. « Democracy, Indigenous Movements, and the Postliberal Challenge in Latin America ». World Politics, vol. 52, nº 1 (octobre 1999), pp. 76-104.

 

Bunce, Valerie. « Quand le lieu compte. Spécificité des passés autoritaires et réformes économiques dans les transitions ». Revue française de science politique, vol. 50, nº 4-5 (août-octobre 2000), pp. 633-56.

 

 

DEUXIÈME PARTIE – EXPÉRIENCES PRATIQUES

 

5 novembre – Amérique latine 

 

Vidéo : Chile: Defeat of a Dictator, 2000 (34 min.)

 

Van Cott, Donna Lee. « Latin America’s Indigenous Peoples ». Journal of Democracy, vol. 18, nº 4 (octobre 2007), pp. 127-41.

 

Pearce, Jenny. « Perverse state formation and securitized democracy in Latin America ». Democratization, vol. 17, nº 2 (avril 2010), pp. 286-306.

 

Garibay, David. « De la lutte armée à la lutte électorale, itinéraires divergents d’une trajectoire insolite. Une comparaison à partir des cas centraméricains et colombien ». Revue Internationale de Politique Comparée, vol. 12, n° 3 (juillet 2005), pp. 283-97.

 

Recommandé : Garretón, Manuel Antonio. « Chile 1997-1998: The Revenge of Incomplete Democratization ». International Affairs, vol. 75, nº 2 (avril 1999), pp. 259-67.

 

 

12 novembre – Afrique subsaharienne

 

Vidéo : Hopes on the Horizon: Africa in the 1990s (Bénin), 2001 (20 min.)

 

Eriksen, Stein Sundstøl. « Regimes, constituencies and the politics of state formation: Zimbabwe and Botswana compared ». International Political Science Review, vol. 33, nº 3 (juin 2012), pp. 261-78.

 

Bourmaud, Daniel. « Aux sources de l’autoritarisme en Afrique : des idéologies et des hommes ». Revue internationale de politique comparée, vol. 13, nº 4 (octobre 2006), pp. 625-41.

 

Zuern, Elke. « Democratization as liberation: Competing African perspectives on democracy ». Democratization, vol. 16, nº 3 (juin 2009), pp. 585-603.

 

Recommandé : Brown, Stephen et Paul Kaiser. « Democratisations in Africa: Attempts, Hindrances and Prospects ». Third World Quarterly, vol. 28, nº 6 (septembre 2007), pp. 1131-49 (section sur le Bénin, pp. 1135-37).

 

 

19 novembre – Europe, Asie et Maghreb

 

Suhrke, Astri. « Democratizing a Dependent State: The Case of Afghanistan ». Democratization, vol. 15, nº 3 (juin 2008), pp. 630-48.

 

Hachemaoui, Mohammed. « La rente entrave-t-elle vraiment la démocratie ? » Réexamen critique des théories de « l'État rentier » et de la « malédiction des ressources ». Revue française de science politique, vol. 62, nº 2 (2012), pp. 207-30.

 

Roy, Olivier. « The Transformation of the Arab World ». Journal of Democracy, vol. 23, nº 3 (juillet 2012), pp. 5-18.

 

Way, Lucan. « The Lessons of 1989 ». Journal of Democracy, vol. 22, nº 4 (octobre 2011), pp. 13-23.

 

 

26 novembre – La dimension internationale

 

Carothers, Thomas. « Democracy assistance: political vs. developmental? ». Journal of Democracy, vol. 20, nº 1 (janvier 2009), pp. 5-19.

 

*Levitsky, Steven et Lucan A. Way. « Linkages and Leverage: How do International Factors Change Domestic Balances of Power? ». In Andreas Schedler (dir.). Electoral Authoritarianism: The Dynamics of Unfree Competition. Boulder et Londres, Lynne Rienner, 2006, pp. 199-216.

 

Whitehead, Laurence. « Losing ‘the Force’: The ‘Dark Side’ of democratization after Iraq ». Democratization, vol. 16, nº 2 (avril 2009), pp. 215-42.

 

Berger, Lars. « The Missing Link? US Policy and the International Dimensions of Failed Democratic Transitions in the Arab World ». Political Studies, vol. 59, nº 1 (mars 2011), pp. 38-55.

 

 

3 décembre – Présentations orales

 

Aucune lecture requise. Matériel distribué à l’avance par les présentateurs/trices.

 

 

5 décembre – Suite des présentations orales

 

Aucune lecture requise. Matériel distribué à l’avance par les présentateurs/trices.

 

 

17 décembre – Remise des travaux de recherche (FSS 7052 entre 15h30 et 16h30)

 


 

 

Des ressources pour vous

 

Centre de mentorat de la Faculté www.sciencessociales.uottawa.ca/mentor/fra

Le centre de mentorat de la Faculté des sciences sociales a comme objectif de prêter main-forte tant au point de vue scolaire que personnel aux étudiantes et étudiants de tous les programmes d'études de la Faculté, peu importe où ils en sont dans leurs programmes d'études.

 

Les raisons pour rencontrer un mentor sont diverses : échanger avec un étudiant qui en est à sa 3e ou 4e année d'études, avoir plus d'informations sur les programmes et services offerts à l'Université d'Ottawa, ou tout simplement améliorer ses méthodes d'étude (gestion du temps, prise de notes, préparation aux examens, etc.).

 

Le centre de mentorat est un lieu d'échanges sur les méthodes d'études et la vie à l'université. Et les mentors sont des étudiantes et étudiants d'expérience, formés pour répondre adéquatement à vos questions.

 

Centre d’aide à la rédaction des travaux universitaire www.sass.uottawa.ca/redaction

Au Cartu, vous apprendrez à comprendre et corriger vos erreurs et à bien rédiger de façon autonome. En travaillant avec nos conseillers en rédaction, vous pourrez acquérir les compétences dont vous avez besoin pour :

  • maîtriser la langue écrite de votre choix
  • améliorer votre réflexion critique
  • développer vos habiletés d’argumentation
  • connaître tout ce qu’il faut savoir sur la rédaction universitaire

 

Service des carrières www.sass.uottawa.ca/carrieres

Le Service des carrières vous offre une variété de services ainsi qu'un programme de développement de carrière qui vous permet de reconnaître et de mettre en valeur les compétences dont vous aurez besoin pour votre transition sur le marché du travail.

 

Service de counseling et de coaching www.sass.uottawa.ca/personnel

Le Service de counseling et de développement personnel peut vous rendre service de plusieurs façons. Nous offrons les types de counseling suivants :

  • counseling personnel
  • counseling de carrière
  • counseling en méthodes d'étude

 

Service d'accès www.sass.uottawa.ca/acces

L'Université d'Ottawa a toujours tenté de répondre aux besoins des étudiants ayant un handicap ou un trouble d'apprentissage. Dès 1985, elle mettait en place des soutiens conçus pour aider ces étudiants à réaliser leur plein potentiel tout au long de leurs études universitaires. Un grand choix de services et de ressources leur est offert avec expertise, professionnalisme et confidentialité.

 

Centre de ressources pour étudiants www.communitylife.uottawa.ca/fr/index.php

Les centres de ressources pour étudiants ont comme objectifs de répondre à une foule de besoins variés. Consultez la liste des centres.

 

 

 

 

 

Attention à la fraude scolaire !

 

La fraude scolaire est un acte commis par une étudiante ou un étudiant et qui peut fausser l’évaluation scolaire (c’est-à-dire les travaux, tests, examens, etc.). Elle n’est pas tolérée par l’Université. Toute personne trouvée coupable de fraude est passible de sanctions sévères.

 

Voici quelques exemples de fraude scolaire :

•           Plagier ou tricher de quelque façon que ce soit;

•           Présenter des données de recherche qui ont été falsifiées;

•           Remettre un travail dont vous n’êtes pas, en tout ou en partie, l’auteur;

•           Présenter, sans autorisation écrite des professeurs concernés, le même travail dans

            plus d’un cours.

 

Ces dernières années, le perfectionnement d’Internet a fortement facilité la découverte des cas de plagiat. Les outils mis à la disposition de vos professeures et professeurs permettent, à l’aide de quelques mots seulement, de retracer sur le Web l’origine exacte d’un texte.

 

Pour plus d’information sur la fraude et les moyens de l’éviter, vous pouvez consulter la page web suivante : http://web5.uottawa.ca/mcs-smc/integritedanslesetudes/etudiants.php.

 

La personne qui a commis ou tenté de commettre une fraude scolaire ou qui en a été complice sera pénalisée. Voici quelques exemples de sanctions pouvant être imposées :

·         recevoir la note « F » pour le travail ou le cours en cause;

·         l’ajout d’une exigence supplémentaire (de 3 à 30 crédits) au programme d’études ;

·         la suspension ou l’expulsion de la Faculté.

 

Vous pouvez vous référer au règlement à l’adresse suivante : http://web5.uottawa.ca/mcs-smc/integritedanslesetudes/reglements.php.